Chantal Montellier, la BD au féminin


Chantal Montellier, la BD au féminin

mis en ligne le 31 janvier 2010

La rubrique "Emploi" de France 5 consacre en 2009 un dossier aux métiers de la bande dessinée. S’interrogeant sur le marché de la bande dessinée, sur le métier et la formation des auteurs, ce dossier dédie également un article à Chantal Montellier. Pour retrouver l’ensemble du dossier, cliquer ICI.


Si les hommes dominent encore le milieu de la bande dessinée, de plus en plus de femmes cherchent à affirmer leur talent dans le 9e art. Portrait de Chantal Montellier, l’une des grandes signatures de la BD au féminin.

Militante ? Engagée ? Féministe ? Chantal Montellier, scénariste et dessinatrice de BD se définit avant tout comme "une femme de caractère". Depuis 30 ans, cette forte personnalité a su s’imposer à coups de crayon dans un milieu exclusivement masculin. "J’ai été une des premières femmes à avoir une signature visible dans la BD", souligne-t-elle.

Du dessin de presse politique à la BD. Professeur d’arts plastiques en collèges et lycées, Chantal Montellier fait une rencontre en 1972 qui lui ouvre les portes du dessin de presse politique. Elle collabore à Combats syndicalistes, Politis, l’Humanité. Chantal Montellier participe ensuite au lancement d’Ah ! nana, une revue de bande dessinée de femmes dans laquelle elle crée le personnage d’Anti-Gang. "La plupart des femmes faisaient de la BD pour enfants. La revue Ah ! Nana leur a permis d’être plus visibles et de s’exprimer dans le monde de la bande dessinée pour adultes." Quand l’aventure Ah ! Nana s’achève avec la disparition du titre, Chantal Montellier rejoint les équipes des revues Métal Hurlant et A Suivre. Elle connait une période très prolifique et signe plusieurs albums aux éditions Les Humanoïdes associés : 1996 (1978), Wonder City (1982), Odile et les crocodiles (1983), L’esclavage c’est la liberté (1984), Rupture (1985). Pendant quelques années, Chantal Montellier connaît une traversée du désert. "Cela s’explique par le fait que je n’étais pas une femme facile à manier mais également par mes idées marquées politiquement", diagnostique-t-elle. Eloignée du milieu de la BD, Chantal Montellier se consacre à l’écriture de scénarii, de romans et nouvelles. Elle anime également des ateliers d’écriture pour des détenus ou sur le travail de mémoire des habitants d’un quartier en difficulté.

En 2005, Chantal Montellier renoue avec à la bande dessinée grâce à une commande de Jean-Luc Fromental pour Denoël Graphic et réalise l’album Les Damnés de Nanterre inspiré de l’affaire Rey-Maupin qui est sélectionné pour le prix d’Angoulême. En 2006, elle publie Sorcières, mes sœurs et Tchernobyl, mon amour. Un éditeur anglais lui commande en 2008 l’adaptation du Procès de Kafka dont la version française devrait paraître en septembre prochain chez Actes Sud.

Un prix pour valoriser la BD féminine. "Dans la bande dessinée, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Beaucoup d’hommes dans ce milieu ont encore peur que les femmes leur fassent de l’ombre."Convaincue que les femmes ont une place à prendre dans la bande dessinée, Chantal Montellier s’associe, en 2007, à Marie-Jo Bonnet, historienne de l’art, Jeanne Puchol, auteur de BD et Marie Moinard, critique de bandes dessinées et éditrice des éditions Des ronds dans l’O.

Lancement de l’association Artémisia qui vise à valoriser la BD féminine. Un prix est créé pour récompenser une BD de femme. "On n’est jamais aussi bien reconnue que par soi-même. Il y a un très faible pourcentage de femmes auteurs de BD qui ont reçu un prix. Les femmes sont donc les mieux placées pour reconnaître le travail d’autres femmes", souligne non sans ironie Chantal Montellier.