Une lettre qui fait chaud au cœur


Une lettre qui fait chaud au cœur

mis en ligne le 1er avril 2015

Bonjour,

Excusez-moi de vous importuner mais je me permets de vous envoyer ce mot
car je viens de lire votre dernier livre : « La Reconstitution »
Je suis un simple amateur de bandes dessinées de la même génération
que vous. Je connais vos livres que j’ai toujours aimé car j’ai toujours
trouvé que vos albums étaient ceux qui nous donnaient à voir l’état de
notre société avec le plus d’éclat et le moins de concession. On se rend
mieux compte à la lecture de votre dernier ouvrage du courage qu’il vous a
fallu d’abord en tant que femme dans un monde de machos, puis pour montrer

une réalité que beaucoup préfèrent ne pas voir. La seule chose que
l’on puisse regretter est que les sujets que vous abordiez il y a trente
ans sont plus encore maintenant d’une brûlante actualité.
Je voulais vous dire combien votre récit m’a touché, même si je suis un
homme.
(...)

Mais votre récit est aussi très intéressant par ce qu’il dit de la
société dans laquelle j’ai vécu. Je n’avais pas à cette époque votre
clairvoyance mais je me suis toujours senti de gauche, enfin la ”vraie
Gauche”...

Quand je suis arrivé au passage où vous parlez de la revue « Ah !
Nana » il m’est revenue une petite anecdote : j’avais acheté par
hasard je dois dire le premier numéro. Ayant trouvé cela intéressant j’achetai
les numéros suivants quand je pouvais en avoir chez les buralistes.
D’autre part il y avait un spécialiste de bandes dessinées à Nantes que
j’allais voir régulièrement pour m’informer sur ce qu’il avait et
j’achetais des albums en fonction de mes moyens du moment. Un jour je lui
demande s’il connaissait la revue « Ah ! Nana ». Il me fait une
réponse qui signifiait : « Oh ! mais je ne vais quand même pas vendre des
trucs comme ça, je ne vais pas jouer contre mon camp. Celui des
hommes ». Je suis resté bouche bée devant tant de bêtise. Inutile de
dire qu’il ne m’a plus revu.

J’ai aussi retenu, entre autre, votre passage au journal l’Humanité et
l’homme en noir. Lisant cela on peut voir que l’organisation
portait déjà en germe l’évolution du parti communiste français et les
conséquences que cela à eu pour la politique française. Je n’en fais
bien sûr pas le seul responsable du marigot politique actuel où les
crocodiles chers à votre cœur (c’est une façon de parler) ne manquent pas.

Je ne veux pas vous embêter plus longtemps avec mes histoires même si la
richesse de votre livre me renvoie à de nombreuses réflexions et
anecdotes personnelles. Je veux quand même vous remercier encore une fois
pour les albums forts que vous avez écrits et dessinés et aussi pour
cette première partie de votre courageuse biographie. C’était le but
premier de mon message. J’attends la suite avec intérêt.
Merci d’avoir eu la patience de me lire.

François T.

Ma réponse :

Merci François, votre lettre me fait chaud au cœur.
Il m’en faudrait beaucoup d’autres comme celle-là !
Pour ce qui est du tome 2, l’éditeur semble reculer.
Je risque donc devoir me battre pour en trouver un autre.
Quand au Tome 1, tout semble être fait pour l’occulter
médiatiquement et en librairie,
comme le sont souvent mes albums au pays de
La “liberté d’expression” !